Font Size

SCREEN

Profile

Cpanel

 

Revalorisations salariales :
c’est (très) mal parti !

Le SPASEEN-FO a pris connaissance des récents propos de Marylise Lebranchu concernant la Fonction publique. Si la ministre, toute à la promotion de son action gouvernementale, reconnait la place essentielle des agents de la Fonction publique dans « le cadre du contexte particulier que subit la France », elle omet quelques vérités pourtant bien concrètes quant à leur quotidien, leurs conditions de travail ou leur salaire.

Tout au contraire, elle place le prochain rendez-vous salarial dans un cadre plus que restreint, notamment la maîtrise de la masse salariale et la prise en compte des enjeux macro-économiques. Son souhait de mettre fin au gel du point d’indice sera, selon elle, symbolique et probablement en plusieurs étapes, rappelant au passage qu’1% de revalorisation de la valeur du point d’indice représenterait 1,3 milliards €.

L’austérité, mais pas pour tous !

 

  • Le SPASEEN-FO rappelle les milliards donnés au patronat dans le cadre du pacte de responsabilité, provoquant une cure d’austérité pour tous les agents et favorisant, entre autres, le maintien du gel des salaires, voire de leur baisse.
  • Il lui rappelle que les chiffres du chômage ne cessent d’augmenter, alors même que le CICE et le Pacte de responsabilité devaient soit-disant favoriser l’emploi...
  • Il lui rappelle les 42,8 milliards d’euros versés aux actionnaires en 2015...
  • Il lui rappelle que les suppressions de postes continuent, tout comme les redéploiements, les projets de fusion et le cortège des mesures découlant de toutes ces mesures et de la réforme territoriale entre autres.

Un paradoxe : un modèle envié qu’il faut casser !?!

Si selon elle, il faut « redéfinir l’action publique et le modèle français, envié à l’étranger », le SPASEEN-FO lui rappelle que toute la politique gouvernementale s’est inscrite dans les politiques précédentes de destruction de la Fonction publique, empêchant les agents de remplir leurs missions.

Pour FO la réponse est simple : plutôt que de détruire les services, il faut les renforcer. Plutôt que de redéfinir le « modèle envié », il faut lui donner les moyens humains et budgétaires de fonctionner et de garantir à tous les citoyens l’égalité de traitement et l’accès de tous aux mêmes services publics sur l’ensemble du territoire national.

La question est bien là : quels moyens pour quelle fonction publique ?

Toutes les décisions gouvernementales s’inscrivent dans une remise en question de toutes les garanties collectives et individuelles que sont nos statuts ; une volonté affichée de territorialiser et d’individualiser ; de remettre en question le cadre national garant d’un service public pour tous, agents et usagers.

Le SPASEEN-FO ne peut faire confiance à une ministre qui joue les dames patronnesses s’occupant de ses bonnes œuvres et en appelant à être raisonnable. Les agents n’en sont pas à mendier une revalorisation à laquelle ils ont droit !
Il ne fait pas confiance à une ministre qui critique le mérite et impose le RIFSEEP.
Il ne fait pas confiance à un gouvernement qui impose PPCR contre l’avis majoritaire des Organisations Syndicales alors que son projet est mauvais pour tous les agents.

 

C’est pourquoi le SPASEEN-FO continue de revendiquer :

- 50 points d’indice et 8% d’augmentation de la valeur du point d’indice immédiatement pour tous, titulaires et contractuels !
-
Revalorisation de toute la grille indiciaire !
- Abandon de toutes les mesures d’austérité et du Pacte de Responsabilité !
Contre l’individualisation des traitements et des carrières et pour l’abrogation du RIFSEEP et de PPCR !
- Pour la défense de nos statuts et de nos missions !
Pour l’abrogation de la Réforme territoriale !

Ce sont les revendications qu’il a portées le 26 janvier lors de la grève appelée par FO, la CGT et Solidaires. Il les portera jusqu’à satisfaction !

 

 

La politique salariale à travers les âges : la chute abyssale…

 

La seule revalorisation du point d’indice, en suivant l’inflation, depuis 2010 ou 2000, aurait dû permettre à chaque agent de percevoir un salaire indiciaire mensuel brut bien différent, en moyenne…

Catégorie C :

 +80€ /mois depuis 2010 ;

+200€/mois depuis 2000 !

Catégorie B :

+100€/mois depuis 2010 ;

+300€ depuis 2000 !

Catégorie A :

+150€/mois depuis 2010 ;

+400€/mois depuis 2000 !

 

Et que dire des agents contractuels toujours recrutés, et stagnant, au SMIC depuis parfois plus de 10 ans…

 

 

Vous êtes ici : Accueil Actualités Revalorisations salariales : c’est (très) mal parti !