Font Size

SCREEN

Profile

Cpanel

 

SIRHEN en quelques « maux »…

Le programme SIRHEN (Système d’Information de gestion des Ressources Humaines et des moyens de l’Éducation Nationale) continue ses ravages, tant au niveau budgétaire qu’au niveau des personnels impliqués.
Pour rappel, le projet devait soi-disant rénover les systèmes d'information du ministère de l'Éducation nationale ainsi que celui de l'enseignement supérieur "pour une meilleure gestion des moyens et des personnels". Autrement dit, sur le papier, le SIRHEN a vocation à remplacer tous les logiciels existants tels qu'EPP, AGORA ou AGAPE par exemple. Tout un programme !

Mais...

Lancé en 2007 pour une période de 7 ans, SIRHEN devait se déployer totalement en 2014. Tout compte fait, le déploiement total est prévu, dans le meilleur des cas, pour 2020, en tenant compte du scénario le plus optimiste.
Une trajectoire de déploiement plus qu'hypothétique !
Quant à la facture initialement prévue de 80 millions, elle passe officiellement à 323 millions d’euros en 2017... Les estimations indiquent même qu’à terme, elle serait de 500 millions... Rien que ça !

On se croirait dans un cauchemar mais c'est bien la réalité !

 

A ce jour, seuls les personnels d'inspection, de direction, administrateurs civils et emplois fonctionnels sont entièrement gérés dans SIRHEN soit environ 18 000 agents... Alors que l'Éducation Nationale comprend plus d’un million d’agents... et que SIRHEN n’est pas fiable à 100% et comporte des bugs.
Cette instabilité a entraîné une surcharge de travail dans les services de gestion des personnels depuis plusieurs années pour un résultat quasi nul puisque dans de nombreuses académies, on fait remonter des difficultés de plus en plus pesantes pour les collègues.
Pire encore, il semble que, outre le coût de développement, d'autres dysfonctionnements soient à attendre en phase d'utilisation, pouvant donner lieu à des soucis sur les payes et la gestion.
Un mot s'impose désormais lorsqu'on aborde ce sujet : FIASCO !

L'histoire se répète...

Tout comme l'ONP (Opérateur National de Paye), avant lui (auquel SIRHEN était initialement adossé), SIRHEN est une gabegie financière qui risque de causer plus de tort que d’apporter de solutions.
Pour rappel, l’ONP, super logiciel qui avait pour vocation d’unifier la gestion de la paye de 2,4 millions de fonctionnaires, avec un coût faramineux de près de 300 millions d’euros... a été abandonné en 2014...
Quant au logiciel du ministère de la Défense, Louvois, logiciel qui devait gérer la solde des militaires, il a lui aussi été abandonné, suite à des dysfonctionnements répétés et lourds de conséquences pour les personnels (soldes non versées, retards de paiements) avec un coût pour l’Etat, et les contribuables, de plusieurs centaines de millions d’euros...

SIRHEN, un coût qui explose : 323 millions, soit le traitement annuel net de 15 000 agents percevant un traitement de 1 500€ net par mois...

 

SIRHEN, un coût qui explose :
323 millions, soit le traitement annuel net de 15 000 agents percevant un traitement de 1 500€ net par mois...

 

 

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (2017_janvier_16_SIRHEN en quelques maux.pdf)2017_janvier_16_SIRHEN en quelques maux.pdf[ ]602 Ko
Vous êtes ici : Accueil Communiqués SIRHEN en quelques « maux »…